#gestion de l'eau

Chimie : un risque de toxicité diffus

1
 Le secteur se caractérise par une chaine de valeur très ramifiée qui rend complexe la lecture de risques pourtant nombreux. Alors que les incidents et contaminations se multiplient ces dernières années, les entreprises doivent démontrer leur capacité à y faire face et améliorer la transparence sur la toxicité de leurs produits.

 Les réglementations mises en place, REACH en tête, se focalisent sur les substances dont la toxicité est la plus avérée, mais peinent à insuffler un vrai mouvement de transformation, alors que le lobbying de l’industrie combat les nouvelles interdictions par la technique de la « manufacture du doute ».

 Sous l’impulsion de l’ONG Chemsec qui scrute la production des substances les plus toxiques par l’ensemble du secteur, une logique de liste noire voit le jour (la SIN List). Les investisseurs qui s’appuient sur cette liste poussent les entreprises engagées vers la transparence à détailler dans leur reporting comment sont gérées ces substances et quels produits de substitution elles envisagent.

 Alertés par la dangerosité de certaines substances, quelques investisseurs formulent des demandes qui visent majoritairement l’aval de la chaine de valeur, là où les toxicités se manifestent. Certains investisseurs s’engagent également à travers l’initiative Chemical Footprint Project. L’impact de ces...
Lire plus....