#agro #industrie #menu #risques

LES RISQUES ESG AU MENU DE L’AGRO-INDUSTRIE


 


À RETENIR
 

Les entreprises agro-industrielles sont exposées à des risques environnementaux, sanitaires et sociaux qui questionnent la durabilité de leurs business models. Au centre de ces risques figurent les modèles industriels d’agriculture et d’alimentation dont dépendent entreprises agrochimiques, semenciers, négociants, entreprises agroalimentaires et distributeurs.

La dégradation des ressources naturelles – appauvrissement des sols, raréfaction  de l’eau douce, pertes de biodiversité, déforestation – présente des risques économiques importants pour les entreprises. La résilience environnementale et climatique de l’agriculture devient un enjeu majeur pour les chaînes d’approvisionnement et les modèles économiques.

Les impacts nutritionnels et sanitaires controversés de l’alimentation industrielle exposent les entreprises à des risques règlementaires et réputationnels croissants. Les rappels alimentaires répétés et les conséquences sur la santé publique de la mauvaise qualité nutritionnelle des aliments deviennent des risques matériels.

Les entreprises font face à des controverses et des risques sociaux dans leurs chaînes d’approvisionnement, ainsi qu’à une remise en cause plus globale de leurs relations économiques avec les agriculteurs.

Face à ces risques, certaines entreprises font évoluer leurs pratiques. Elles travaillent pour améliorer leurs produits, limiter leurs impacts environnementaux et améliorer leurs chaînes d’approvisionnement. Beaucoup restent cependant exposées à des modèles peu durables.

Les risques ESG de l’agro-industrie deviennent un sujet important d’engagement actionnarial. Les initiatives collaboratives d’investisseurs se multiplient pour limiter les impacts, voire remettre en cause les modèles les moins durables.

Des investisseurs s’impliquent dans le financement de nouveaux modèles reposant sur une gestion plus durable et résiliente des ressources naturelles. Des modèles agricoles plus écologiques offrent des alternatives potentiellement disruptives pour l’agro-industrie, et les entreprises se voient concurrencées par de nouvelles pratiques de consommation alimentaire.

 
1