#FacteursS #Inégalités #Risquessociaux

Facteurs S : Les inégalités salariales créent des risques sociaux

 
1
 Le creusement des inégalités sociales existe aussi dans les écarts de salaire, que ce soit entre les rémunérations des dirigeants et celles des salariés de base ou entre les hommes et les femmes. Il se voit aussi à travers le nombre grandissant de travailleurs précaires au service de grandes entreprises qui ne les embauchent pas. Ces divers facteurs constituent des risques réels de déstabilisation sociale progressivement pris en compte par une partie des investisseurs responsables.

 La croissance des packages de rémunérations des dirigeants, en particulier dans les entreprises américaines, est telle qu’une partie de ceux qui en bénéficient commencent à remettre en cause ces montants exorbitants. Selon une étude de l’Economic Policy Institute, les PDG américains ont vu leur rémunération augmenter de 940 % en 40 ans, contre 12 % pour les salariés seulement.

 Le « pay ratio » devient progressivement un indicateur intégré aux cadres légaux. Il s’agit de l’écart entre les rémunérations les plus élevées et le salaire de base au sein des entreprises. Il permet de mesurer les inégalités salariales. En 2018, il était en moyenne de 273 pour 1 aux États-Unis et de 136 pour 1 en Allemagne. À partir de leur exercice 2017, les compagnies américaines ont dû publier leurs ratios d’écarts salariaux, en application de la loi Dodd-Franck et, en France, la loi Pacte a introduit le ratio d’équité pour comparer les rémunérations des dirigeants aux salaires médians.

 La notion de salaire décent et le recours aux travailleurs précaires sont les autres indicateurs utilisés par les investisseurs responsables pour faire de l’engagement actionnarial sur les risques sociaux auprès des entreprises. Dans les pays où le salaire minimum légal n’existe pas,...
Lire plus....